Agression contre notre camarade Mahchid DODJARIAN

Le CGT-E condamne l'agression dont a été victime notre camarade Mahchid DODJARIAN

discrimination 

 Mahchid est déléguée syndicale, membre de la commission exécutive de la Fédération CGT des Transports. Elle a été physiquement agressée .. par des militants CGT qui voulaient l'empêcher de participer à une réunion organisée par son organisation dans les locaux de la FD CGT des transports (dont elle membre, rappelons-le!).

Cette agression fait suite aux désaccords exprimés par Mahchid sur les orientations réformistes que les états-majors et le bureaucrates confédéraux et fédéraux imposent à la CGT, et ce dans le cadre de débats officiels prétendus démocratiques, plus particulièrement à l'occasion du 49e congrès de la CGT.

Résultat: la répression syndicale n'est pas une chimère. Aussi, faute de pouvoir l'exclure de la CGT, les coupables se sont comportés comme de véritables voyous de la pire espèce en s'en prenant à une militante, une femme, n'ayant pas les capacités physiques pour résister à leurs gros (lire la lettre de protestation et d'indignation adressée par des militants témoins de la scène.C'est répugnant ! C'est révoltant !

 Bien qu'inacceptable, l'agression dont a été victime Mahchid n'a rien de surprenant. Les bureaucrates exerçant une mainmise insupportable sur le syndicalisme français, notamment à la CGT, sont capables de tout pour défendre leur rente de situation.

 Les militants du CGT-E en savent quelque chose. Le harcèlement judiciaire (civil et pénal) perpétrés contre eux, conjointement, par les directions de la Fédération CGT de la Construction et de Dalkia (ex-filiale énergie de Veolia, aujourd'hui filiale 100% EDF) , les licenciements dont ont été victimes plusieurs militants... sans compter les ragots et autres accusations visant l'intégrité morale des animateurs de notre syndicat, ont été une alerte et un indicateur des dérives des bureaucrates de la CGT que bons nombres de militants n'ont pas voulu voir ou ont en minimiser la portée... par fidélité au sigle prestigieux de CGT.

Aujourd'hui, une étape supplémentaire vient d'être franchie. Les militants et les adhérents de la CGT ont tout intérêt à ne pas laisser passer cet évènement. La CGT leur appartient. Ils ont donc l'impérieux devoir de dénoncer ces dérives et d'agir pour Continuer la CGT de classe et de masse. Nous reviendrons sur cette inqualifiable agression dans nos prochaines publications. 

Pour l'heure, le CGT-E, ses militants et ses adhérents, souhaitent un prompt rétablissement à Mahchid et l'assure de leur solidarité et de leur soutien.

La lutte continue contre les adversaires de tout acabit de la classe ouvrière. 

Paris, le 17 mars 2014

Le CGT-E      

 

   Télécharger le PDF

2018  CGT-E Dalkia